Une rentrée sous le signe du brandcontent digital

0
pub-bis-brandcontent-digital-buzzman-MTV-gifmemore_live

Les modes se suivent et ne se ressemblent pas. Pourtant, la vie est faite de cycles, qui se répètent indéfiniment. En matière de communication, nous retrouvons sans cesse ce mélange entre les deux entités dont nous venons de parler : les modes se ressemblent, fonctionnent en cycle, mais sont différentes : pour reprendre les bonnes vieilles accroches, c’est pareil mais en différent.

Le brandcontent digital doit bien exister depuis 2010, mais comme nous ne pouvons pas #older la culture, et parce que nous devons intellectuellement avouer qu’il a le vent en poupe, nous en parlerons dans cet article.

Aujourd’hui, le brandcontent (contenu de marque pour les puristes) est une grande tendance qui se dégage de la rentrée 2012-2013, mais pas une révolution. Rien de très disruptif dans l’essence du brandcontent, mais seulement une réadaptation des codes. En sommes, on fait du brandcontent depuis des années, mais depuis peu, on le digitalise. Un peu comme tout en fait, faut bien vendre du digital au prix du traditionnel, avec les techniques du traditionnel, mais sur un support digital (elle est là, l’évolution).

Pourquoi le brandcontent est l’avenir ?

Feu la publicité doit faire place à un nouveau mode de communication. L’ère du numérique apporte avec lui une quantité pléthorique d’évolution, qui doit révolutionner nos modes de communication. La publicité traditionnelle n’est pas vouée à la mort, mais son fonctionnement et sa mainmise dans la sphère communicationnelle va changer.

En effet, la réclame a fait beaucoup trop de dégâts pour qu’on s’y intéresse. Il n’est plus possible de vendre un pot de yaourt avec un plan media archaïque. Depuis quelques années, le consommateur cherche des histoires, à défaut d’avoir des mensonges bruts.

Le brandcontent semble être la solution par excellence : n’oublions pas qu’il est important de ne plus mettre la marque au centre de la relation qu’entretiennent le consommateur et le produit. La présence de la marque ne doit plus être mise en exergue, mais cachée.

Généralement, on a tendance à suivre l’industrie du luxe dans ses modes de communication. Si Louis Vuitton accorde tant d’importance au voyage dans l’ensemble de ses stratégies, c’est parce que l’agence qui est en charge de la marque, a réussi un brandcontent admirable. Il est important de toujours faire en sorte que la stratégie brandcontent soit en adéquation avec l’ADN de la marque, sans quoi, il ne sert à rien.

Pourquoi le brandcontent digital est l’avenir ?

Parler de brandcontent aujourd’hui, c’est un peu comme acheter des faux anciens meubles chez maison du monde : tout le monde le fait, tout le monde parle d’épiphénomène de mode, mais rien n’est bien nouveau. Non, il faut bien parler de brandcontent digital, tout comme on parle de communication digital. Oui, le digital est un suffixe, faut bien se le dire.

Si le brandcontent fonctionne aussi bien avec l’avènement du digital, c’est aussi parce que le web-social dans lequel nous sommes, permet à la marque, devenue non plus acteur économique, mais aussi acteur social, d’entrer en relation directe avec le consommateur.

Enfin, le brandcontent va ENFIN tordre le cou au despotisme du 30 secondes. Le changement, c’est maintenant, faisons du 30 secondes, un 3 minutes (avec des coûts de productions plus élevés, mais des plans medias bien inférieurs).

 

 

Quels sont les 3 meilleurs cas de brandcontent digital pour cette rentrée ?

Si la tendance est au brandcontent, légion sont les marques qui s’essayent à faire des stratégies de brandcontent aussi mauvaises qu’elles s’exerçaient aux communications traditionnelles. Notez bien qu’il faut que la propose du contenu, oui, mais du contenu intéressant, divertissent, interactif, et engageant.

Pour cette rentrée 2012, c’est la meilleure petite agence du monde, Buzzman, qui sort une fois de plus l’épingle du jeu. Deux campagnes admirables par leur réalisation (parce que oui, le brandcontent est bien sympa, mais l’effet wahou et les grosses productions font aussi beaucoup), mais aussi par leur contenu.

La première est celle lancée pour les 111 ans de la vache Milka, dont je vous laisse le teaser.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=zPDIw92Jpgc[/youtube]

La seconde est pour MTV et le GifMeMore, génial, un monstre de développement.  

Mais Buzzman n’est pas seul, puisque DDB°Paris et Bouygues Telecom arrivent avec une web série #LesDumas, dont nous parlons depuis plus d’un mois maintenant.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=Fz2FaZQYaSk[/youtube]

 

Basile est lourd, mais pas gras. Il aime la publicité, les médias sociaux, le marketing : bref, la communication dans son sens le plus large. Basile a crée Pub-bis, les Lions de plomb, Mother Soccer, et bientôt d'autres choses (il ne sait que créer, pas entretenir).
No comments yet, be the first one who will leave the comment.  

Laisser un commentaire